lundi 1 août 2016

Une sélection, un petit tour sur France Inter, des coups de cœur et de belles lectures pour Mademoiselle Alice…


Sorti en avril, mon roman vient de décrocher sa première sélection à un prix 3 mois plus tard.
Et à un joli prix, en plus ! Le Prix Michel Tournier de Lirenval.
A cette occasion, Cléo Germain (qui signe les superbes illustrations) et moi, irons rencontrer les jeunes lecteurs du Val de Chevreuse en mars prochain.
Youpi !



Comme un bonheur n’arrive jamais seul, France Inter a reparlé de Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma ! La 1ère fois, c’était au printemps dernier, rappelez-vous. La seconde, c’était au début de l’été, grâce à Christine Siméone. Le 9 juillet à 6h24 (pour ceux qui n’avaient pas réglé leur réveil de vacances à cette heure-là – bande de fainéants ! – séance de rattrapage par ici !


Et puis, Alice a eu également de TRES beaux avis de lecture :

Ricochet, avec les mots de Sophie Pilaire :  
« Quel magnifique destin de femme ! Et quelle négligence de la part du monde du cinéma d’avoir totalement oublié de créditer à une petite Française quelques-uns de ses premiers pas… On ne peut donc que remercier les éditions Belin de ce petit ouvrage de lecture facile, qui partage ses chapitres entre le « je » enthousiaste, volontaire, d’Alice et le regard attachant d’un personnage inventé, un jeune titi parisien devenu comédien… L’auteure ne s’appesantit pas sur les éléments techniques du cinématographe, privilégiant l’attitude visionnaire d’Alice. Avec de plaisants dessins colorés à la ligne claire qui osent les effets de gros plan et de plongées, « Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma » se parcourt avec beaucoup de bonheur. »


Babelio :  
« Un excellent roman pour les jeunes lecteurs pour découvrir la femme qui inventa la première le film de fiction. Alice Guy a sans doute été oubliée par les historiens du cinéma et Sandrine Beau lui rend un bel hommage avec cette histoire. Quelques éléments documentaires complètent la lecture de cette biographie féministe et passionnante ! »


Vivre Livre :  
« Dans un double récit passionnant, Sandrine Beau permet ici de réparer une erreur de l’Histoire qui l’a honteusement oubliée, ou écartée. En alternant la voix d’Alice et de celle de son jeune comédien Joseph, l’auteur nous raconte comment cette jeune femme, volontaire et débordante d’imagination, a su s’affranchir des codes, surmonter les obstacles pour donner vie à ses rêves en écrivant, réalisant, produisant des petits films d’humour. »
(Avec en plus, comme toujours chez Blandine, un super dossier très complet, sur Alice Guy ! A ne pas manquer !)


Clarabel :
« Ce petit roman nous introduit avec efficacité dans le milieu du cinéma à ses débuts balbutiants et nous fait rencontrer une incroyable demoiselle, Alice Guy, vingt-deux ans en 1895. J'étais remplie d'enthousiasme à la lecture de ce délicieux portrait, jusqu'à ce que je tombe sur la note biographique en fin d'ouvrage (le coin des experts) pour y apprendre le revers de la médaille et les malheurs d'Alice, ce qui explique pourquoi, de nos jours, cette figure du cinéma du XIXe siècle soit si peu connue. Tristesse. Une lecture instructive, enrichissante et un tantinet poignante. »



Dans les « Coups de ♥ du mois pour se faire un film » des Libraires.fr

Coup de cœur de la Librairie La Procure de Lyon :  
« Un récit instructif et distrayant, complété par quelques pages documentaires sur le cinéma. à partir de 8-9 ans. »


Parfum de Livre :
« Sandrine Beau raconte avec beaucoup d'enthousiasme ce destin d’Alice, tout à fait exceptionnel. Quel parcours hors du commun et quel courage elle a montré ! Je ne vais plus l’oublier et penser à elle lors de ma prochaine visite au cinéma ! »

Pour tout ça, grand merci ♥

4 commentaires:

  1. Un clap "première" qui sera sûrement suivi par d'autres...

    RépondreSupprimer
  2. Un mois d'août qui s'annonce chargé d'émotions!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne crois pas si bien dire, Véronique ! ;)

      Supprimer

T'en dis quoi, toi ?